Meetup.com ou le parfait exemple du drame de la centralisation

Ce soir en faisant un petit tour sur Twitter, j’ai vu passer ce tweet :

Quand on regarde la page de détails de la nouvelle tarification de Meetup, c’est le choc. Il y est mentionné qu’ils envisagent un changement de modèle drastique pour passer d’un abonnement mensuel pour les organisateurs à un modèle par réservation à l’événement.

Beginning in October, members of select groups will be charged a small fee to reserve their spot at events. The event fee can be paid by members or organizers can cover the cost of events to make it free for members.

Les spéculations peuvent commencer, est-ce pour tous les groupes ? Que signifie « select groups » ?

Le fonctionnement actuel des groupes Meetup est que les organisateurs payent ~10 € / mois pour organiser autant de meetups qu’ils le souhaitent. Le nombre de participants n’influence en rien le coût payé.

L’idée de la refonte des prix serait de réduire le coût par mois pour les organisateurs (pour passer à 2$ / mois) et d’offrir la possibilité aux organisateurs d’associer les participants aux frais d’organisation des événements. Les participants paieraient 2$ à chaque inscription à un événement.

L’idée de faire payer une somme faible aux participants est de les engager à venir à ces événements. En effet, un problème classique des événements gratuits est que les gens s’inscrivent facilement mais n’honorent pas toujours leur inscription (on compte en général entre 30 et 50% d’abandon). Cela complexifie la tache des organisateurs de savoir combien de gens seront réellement présents (dimensionnement de la salle, éventuels achats de boissons / nourriture…). Lorsque les événements sont payants, le taux de participation remonte, selon le prix cela va de 80 à 95%.

Innovation du modèle, Meetup veut permettre aux organisateurs de décider si les frais doivent être payés par les participants ou pris en charge par les organisateurs (pour garder des événements gratuits pour les participants). Et c’est là que réside un autre problème important : si je ne souhaite pas faire payer mes participants, ces 2$ / inscrit / meetup, sont-ils à verser à Meetup ? Si c’est le cas les montants vont devenir délirants pour les organisateurs qui souhaitent garder leurs événements gratuits !

Prenons l’exemple du groupe Meetup Drupal France et francophonie pour se rendre compte des montants.

Graphique du coût des meetups selon le nombre de participant(e)s depuis 2011.
Entre 220 et 2500 € par an avec le nouveau modèle contre 120 € max par an actuellement.

Pour faire simple (à part la baisse du nombre de participant(e)s ;-)), on voit que pour un modèle actuel à 120 € / an, le nouveau modèle coûterait entre 220 et 2500 € par an.

Si Meetup souhaite vraiment faire payer les organisateurs, je ne comprends pas comment ce nouveau modèle peut tenir, n’importe quelle autre plateforme type EventBrite ou Weezevent récupèrera les organisateurs pour réduire les coûts des meetups.
Je comprends parfaitement la logique business pour WeWork (société à qui appartient Meetup) qui permet d’augmenter significativement les revenus des groupes. Mais l’ampleur de la rupture avec le modèle actuel ne peut que me faire douter que ce soit le fonctionnement envisagé. Une alternative plus logique serait de permettre aux organisateur(ice)s de partager les coûts des meetups avec les participant(e)s mais de garder des meetups gratuits sans coût supplémentaire pour les organisateur(rice)s (quitte à rester sur la licence à 10 € / mois). (Et une version idéale pour ne pas ruiner les accros aux meetups, rembourser les personnes qui participent réellement).

Tout cela m’amène au point suivant sur la centralisation.

L’importance de maîtriser son audience

Si ce changement tarifaire devait s’appliquer demain, voilà le choix devant lequel le groupe meetup Drupal France et Francophonie devrait se retrouver : accepter de payer le supplément pour les meetups (que ce soit par les participant(e)s ou les organisateur(rice)s) ou changer d’outil pour l’organisation des meetups en France.

Je ne m’attarderai pas sur la première option mais plutôt sur la seconde. Si demain le groupe quitte Meetup, c’est une audience de 1800 personnes construire sur 8 années qui disparaît du jour au lendemain. 1800 personnes qui ne seront plus prévenues par le canal de Meetup de nouvelles rencontres, autrement dit, il faudrait recommencer de presque zéro (les plus acharné(e)s suivant les annonces via d’autres canaux). C’est hyper violent !

Cela doit nous obliger à repenser notre souveraineté sur les événements. En confiant l’organisation des meetups à la plateforme, nous savions que nous nous ouvrions à une audience plus large qui ne serait pas passée par drupal.fr pour trouver les rencontres Drupal proches de chez elle. La bonne idée a été de continuer de relayer les événements sur le site de l’association pour que justement, en changeant d’outil, les personnes suivant les rencontres via le site puissent toujours le faire. Si nous avions depuis le début utilisé un outil libre, nous n’aurions jamais eu à nous poser la question du choix soulevée précédemment. Je ne jette pas la pierre à l’asso, elle a fait ses choix en fonction de ses moyens disponibles et a privilégié l’option externe à ce moment là.

Cet événement permet de se rappeler que les plateformes du genre (Facebook, Youtube, Twitter…) peuvent changer les règles du jeu du jour au lendemain comme bon leur semble. Vous n’êtes qu’un pion dans leur système et si vous ne souhaitez pas avoir à reconstruire votre audience de zéro le jour ou leurs règles ne vont satisfont plus, alors vous ne pouvez compter que sur des services libres que vous hébergez pour être maîtres de votre destin. Le principe à privilégier est d’utiliser ces plateformes comme relais vers votre site plutôt que comme référence pour que vous gardiez la maîtrise.

Il est sûrement temps de se tourner vers une alternative à Meetup, la plus prometteuse est Mobilizon. Les gens de Framasoft ont encore eu le nez creux récemment en identifiant la problématique de l’organisation d’événements comme besoin manquant d’alternatives libres. Ils ont lancé une campagne de financement participatif pour donner vie à un tel outil. Le projet est en cours, une première bêta est prévue pour les semaines qui viennent.

EDIT : Framasoft a publié ce midi un article qui présente la première beta de Mobilizon.

EDIT 2 : Après avoir sollicité le support de Meetup, la réponse est que le changement de tarification ne touchera qu’une petite partie des groupes meetups dans un premier temps. La réponse sur la tarification est floue et ne va pas dans un sens ou dans l’autre pour identifier sur les frais de participation seront à reverser à Meetup.
Devant la mauvaise presse déclenchée par la publication de l’annonce, le patron de Meetup vient d’envoyer un mail aux organisateur(ice)s de groupes pour préciser les réponses aux questions que j’ai mentionné.

Le groupe Meetup Drupal France et francophonie n’a pas de soucis à se faire sur le coût de son hébergement pour les semaines qui viennent. Il faudrait bien sûr suivre Mobilizon de près pour profiter de cette initiative au plus tôt.

21 thoughts on “Meetup.com ou le parfait exemple du drame de la centralisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.